Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui suis-je ?

Leïla Shahshahani. Journaliste indépendante basée à Grenoble, avec un fort penchant pour la montagne politiquement et socialement engagée. Je passe mon tour pour l'engagement technique.

Publié par Webmaster



Contactée par téléphone hier soir, Leïla nous faisait part de son intention de partir pour Al-Arish aujourd'hui samedi, pour tenter de rejoindre Rafah, en vue d'une hypothétique ouverture du poste-frontière de Gaza le 3 janvier, comme annoncé il y a quelques jours par le gouvernement égyptien.

photo
Marche symbolique à Ismaïlia, en direction de Gaza.

Elle a donc pris ce matin très tôt le bus pour Al-Arish : 

À 9h51 heure locale, Leïla nous a transmis un premier texto : 
"Contrôle des passeports à Ismailia".

Cette ville est le point de passage du canal de Suez. Elle est située à 80 km du Caire environ. De nombreux étrangers se sont trouvés bloqués à cet endroit par les forces égyptiennes ces derniers jours.

A 11:13 heure locale, un second SMS nous parvient :
"On est débarqués". 
 
À 12h23 : 
"A près une heure et demie à attendre nos passeports, on s'est symboliquement assis devant le bus, le temps de téléphoner à l'ambassade. Mais on a fini par le laisser repartir, pour ne pas bloquer les passagers. L'ambassade nous conseille d'accepter le retour au Caire, sans surprise. Je me trouve actuellement parmi un groupe de 13 personnes, majoritairement de Français, Belges et Anglais. Nous venons de prendre la route avec nos sacs, juste au delà du check-point. Le but n'est pas d'aller bien loin ; il s'agit d'effectuer une dernière action symbolique et de déployer notre banderole où est inscrit "Gaza, on t'oublie pas".

photo2
 

 À 13h35 : 
"Les policiers sont venus nous chercher et nous demander de monter dans leur minibus. Le minibus nous a ramenés jusqu'au check-point. Ils gardent nos passeports jusqu'à ce qu'on soit sur la route du Caire.

À 14h : 
"Et voilà, retour à la case départ, vers le Caire, escortés par la police. On vient de nous rendre nos passeports et on chante dans le minibus notre dernier "Gaza, on t'oublie pas". Ce retour me bouleverse. Malgré les marques d'encouragement de notre action par la population locale, à quelques centaines de kilomètres d'ici, des Palestiniens sont plus isolés que jamais, et dépérissent à petit feu dans la plus grande indifférence et avec la complicité de la communauté internationale. Gaza, on t'oublie pas, on ne baissera pas les bras".

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

rémi brard 04/01/2010 23:30


bonjour, je vois que nous avons fait la même démarche le même jour, avec les mêmes résultats. url de mon blog: http://saintes-gazanarchedelaliberte.20minutes-blogs.fr/
amicalement,
et plein d'idées et de dynamisme pour poursuivre et amplifier le mouvement


houhou 04/01/2010 20:31


Depuis Samedi, je suis enfin retourné auprès des miens mais le combat ne cesse pas. Nous diffusons photos et vidéos partout où nous pouvons et nous suivons ton périple Leïla. Courage et à bientôt


Jib 04/01/2010 19:29


Bravo pour le passage à l'action avec cette marche internationale, même si je suppose qu'une frustration doit mitiger le bilan.
Le plus incroyable est le silence de la communauté internationale. Même si on peut entendre ça et là dans les médias que la situation devient préoccupante, la discrétion de nos hommes politiques à
ce sujet est honteuse. Un écoeurant conformisme.
Bon retour et encore bravo.


abascal 02/01/2010 20:25


merci Leila de nous avoir fait suivre le peripéties de cete Marche , elle n'est pas un échec, loin de là, elle a fait prendre conscience aux gens qui s'en fichaient que la Palestine devait exister
C'est un énorme progrès . Merci encore


abascal 02/01/2010 14:19


Courage , nous sommes des milliers derriére vous, mais nous ne pouvons pas vous demander m'impossible ! Faîtes attention à vous et merci de toutes les inforamations si précieuses !