Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui suis-je ?

Leïla Shahshahani. Journaliste indépendante basée à Grenoble, avec un fort penchant pour la montagne politiquement et socialement engagée. Je passe mon tour pour l'engagement technique.

Publié par Leïla Shahshahani

1er janvier 2011

De retour à Hébron le temps d'une nuit dans une famille et d'une balade dans la vieille ville, nous apprenons à l'instant la mort d'une Palestinienne lors de la manifestation hebdomadaire de Bilin hier. Elle serait décédée des suites d'inhalation des gaz lacrymogènes lancés hier sur les manifestants par les soldats israéliens. Elle avait été emmenée d'urgence à l'hôpital de Ramallah hier. La victime, Jawaher Abu Rahmah, est la soeur de Bassem Abu Rahmah, lui-même tué à Bilin lors de la manifestation du 17 avril 2009 durant laquelle il avait été frappé de plein fouet par une grenade lacrymogène.
(Pour en savoir plus, lire l'article sur le site du quotidien israélien Haaretz).

Cette terrible nouvelle vient de nous être communiquée par Mahmoud Zwahre, membre du Comité populaire de la résistance à Al Masara, au côté duquel nous avons manifesté hier, essuyant nous aussi de nombreux tirs de bombes lacrymogènes. Le premier ministre palestinien Salaam Fayyad, avait rejoint le rang des manifestants de Bilin avec d'autres militants du Fatah, célébrant ce même jour la date anniversaire de la création de leur parti politique.

Pendant que les manifestants tentaient de briser le mur à Bilin, la mobilisation à Al'Masara à peiné à rassembler du monde, malgré un noyau dur de la résistance non-violente. Nous étions une grosse cinquantaine environ, avec une dizaine de Français. Pour autant, l'agressivité de l'armée israélienne est ici comme ailleurs.
Le mur ne passe pas encore à Al Masara mais les habitants ont été informés de sa future construction dans un courrier reçu fin 2006. Son tracé prévoit d'empiéter de 12 kilomètres sur les terres palestiniennes, à l'intérieur des frontières de 1967. Suite aux premières destructions de champs et arrachages d'arbres fin 2006, le Comité populaire a été créé à Al Masara, organisant les premières manifestations hebdomadaires pacifiques. Depuis un an, les travaux de construction du mur ont été suspendus, sans raison connue.
IMG_1429.jpg
Alors que des centaines de manifestants pacifiques protestaient à Bilin, un défilé plus petit était organisé à Al Masara, lui aussi violemment réprimé par l'armée israélienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article