Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui suis-je ?

Leïla Shahshahani. Journaliste indépendante basée à Grenoble, avec un fort penchant pour la montagne politiquement et socialement engagée. Je passe mon tour pour l'engagement technique.

Publié par Leïla Shahshahani

Dans un communiqué du 2 mai, les "Amis de Bilin pour la liberté et la justice" annonce le refoulement par les soldats israéliens d'Iyad Burnat, l'un des leaders de la résistance populaire non-violente contre le mur, à la frontière entre la Cisjordanie et la Jordanie, samedi 1er mai. Iyad devait donner une série de conférences dans plusieurs pays d'Europe sur la résistance non-violente des Palestiniens contre le Mur de l'annexion construit en Cisjordanie par Israël.

 

A Bilin, Iyad est à la tête du combat non-violent contre le mur et les colonies israéliennes et participe chaque vendredi, depuis cinq ans, aux manifestations de protestation dans le village. Je l'avais rencontré lors de mon voyage en Palestine l'été dernier, avec d'autres Français. Lui et sa famille nous avait hébergé le temps d'un court séjour dans le village de Bilin. Le temps de mettre une réalité sur des mots, et de comprendre le quotidien des Palestiniens qui tentent de résister pacifiquement à la colonisation israélienne (lire le récit "14 août, Bilin, un village privé de sommeil").

 

Malgré le caractère non-violent des protestations, l'armée israélienne a déjà tué 29 Palestiniens pendant les manifestations contre le mur en Cisjordanie. Depuis plusieurs mois, elle intensifie les intimidations et les arrestations des leaders de la résistance afin de faire taire toute contestation. Pour tenter de mettre fin aux manifestations hebdomadaires, les autorités israéliennes ont récemment déclaré "zone militaire" le secteur situé entre le village de Bilin et le Mur, chaque vendredi entre 8h à 20h, interdisant l'accès aux Israéliens et internationaux venus manifester aux côtés des Palestiniens.

 

"Nous ne nous tairons pas et nous continuerons à résister. Nous refusons de mourir en silence et continuerons à réclamer la paix et la justice à un monde qui reste sourd à l'agonie de la Palestine", a déclaré Iyad Burnat.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article