Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui suis-je ?

Leïla Shahshahani. Journaliste indépendante basée à Grenoble, avec un fort penchant pour la montagne politiquement et socialement engagée. Je passe mon tour pour l'engagement technique.

Publié par Leïla Shahshahani

Alors que la situation s'empire et que la communauté reste sourde au sort des prisonniers palestiniens en grève de la faim,une vingtaine de citoyens ont investi lundi 14 mai le siège du Parti socialiste à Paris pour demander au nouveau président François Hollande de réagir à la situation. Voir la vidéo.

Ci-dessous le communiqué de presse diffusé à cette occasion :

 

Nous demandons au président élu de dénoncer la situation des prisonniers palestiniens en Israël et de réclamer notamment à son partenaire israélien la suppression de la « détention administrative » et l’abolition de la torture, légalisée contre les Palestiniens.

Il y a urgence. 1600 prisonniers palestiniens sont en grève de la faim depuis 4 semaines et, pour certains, depuis plus de 2 mois. Ils peuvent mourir d’une minute à l’autre. La Haute Cour de Justice israélienne a jugé le 8 mai dernier qu’ils n’avaient qu’à mourir. C’est une honte !

François Hollande a souligné lors de sa campagne électorale qu’il faisait de la justice sa priorité.

Il a également affirmé que la France avait un rôle important à jouer au plan international et qu’elle n’était « pas une nation parmi d’autres ».

Etant donné la collaboration étroite entre la France et Israël dans tous les domaines, militaire, policier, commercial, culturel, ainsi que l’ensemble des privilèges accordés à Israël (notamment en matière de détaxes douanières), François Hollande peut et doit intervenir. Il doit exiger d’Israel le respect du Droit International et des Droits de L’homme.

Il doit dire que détenir des femmes et des hommes sans charge et sans procès de manière illimitée est intolérable, tout comme les traitements cruels et dégradants qui leur sont infligés. L’application du droit n’est pas réservée à l’Afghanistan, la Libye, la Syrie ou l’Iran.

L’occupation et la colonisation israéliennes sont illégales. Pourtant elles s’amplifient depuis des décennies, en toute impunité, avec leur cortège d’exactions, dont les emprisonnements arbitraires de centaines de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants, qui ne réclament que leurs droits de vivre libres et en paix sur leurs terres.

Nous attendons du président élu qu’il le dise haut et fort. LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT !

CAPJPO-EuroPalestine, Droits Devant, Les Désobéissants, Nanterre Palestine

Lundi 14 mai 2012

 

Une action d'information publique a également été organisée à Lyon ce dimanche 13 mai.

 

Deux pétitions circulent sur le web :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Soutien_aux_prisonniers_palestiniens_en_greve_de_la_faim_1/

 

http://www.petitions24.net/solidarite_avec_les_prisonniers_politiques_palestiniens_en_greve

 

Ci-dessous le cri de révolte du Palestinien Ziad Medoukh :


Et les cris des prisonniers palestiniens ? 

Depuis un mois, plus de 2000 prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim illimitée. Leur mouvement, d'une ampleur nationale et politique sans pareille, n'aboutit à aucune réalisation de leurs revendications pourtant légitimes. Le gouvernement israélien refuse de répondre à leurs demandes : ils réclament l'amélioration de leurs conditions de détention, la fin de l'isolement, l'autorisation de visite pour leurs familles, la suppression des arrestations arbitraires et l'abolition de l'arrestation administrative sans aucun jugement
Ce mouvement est suivi en Cisjordanie et dans la bande de Gaza par des milliers de Palestiniens  qui organisent partout des manifestations de soutien à ces prisonniers, dans leur combat pour la liberté et la vie. Et des centaines de personnes ont commencé une grève de la faim en solidarité avec eux.
Cette grève est historique, c’est la plus longue dans l’histoire des prisonniers politiques du  monde. C’est une résistance remarquable que celle de ces hommes et de ces femmes de bonne volonté qui, par leur patience et leur persévérance, sont un exemple pour le monde entier.
Malgré quelques initiatives prises par des associations de la société civile dans certains pays, en solidarité avec les prisonniers palestiniens grévistes de la faim, on observe le profond silence des médias, des intellectuels, des partis politiques et celui des gouvernements d'un monde qui se dit libre et démocrate.
Personne ne bouge pour réagir devant le sort réservé à ces prisonniers ? Pourquoi?
Vont-ils continuer longtemps à souffrir ?
Où sont donc les organisations des droits de l’homme ?
Où donc est le monde libre ?
Quand y aura-t-il  une réelle pression sur les autorités israéliennes d’occupation ?
Les cris des estomacs vides de nos prisonniers vont-ils être entendus ? 

En attendant, derrière les prisonniers palestiniens,  tout notre peuple  va poursuivre le combat, jusqu’à la conquête de ses droits légitimes et jusqu’à la sortie du dernier détenu des prisons et des ghettos israéliens.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article